Ondes Poétiques et Expérimentations Technologiques : 100% Expo à la Villette- un premier essai très réussi

,

Pour la première édition du festival 100%, la Villette propose jusqu’au 10 avril une programmation éclectique et moderne entre arts du spectacle et exposition. Laissant une grande part à la découverte, 100% Expo rassemble une vingtaine de jeunes artistes et nous ouvre les portes d’un univers singulier à la croisée des technologies.

Le parc de La Villette ou le dynamisme de l’est parisien

Depuis quelques années, le parc de la Villette s’affirme comme l’un des pôles culturels dynamiques de la capitale avec notamment l’ouverture de la Philharmonie de Paris en 2015, la programmation dynamique de la Cité des Sciences et de l’Industrie, ou encore la scène du Zénith ; sans compter, en périphérie, l’espace de l’effervescent CentQuatre.

Le lancement cette année du festival 100% correspond à la volonté du nouveau directeur de la Villette, Didier Fusillier, de poursuivre le décloisonnement des domaines à travers une programmation à la croisée des sciences et découvertes, des arts du spectacle et d’expositions, le tout tissant un lien discret mais notable avec des problématiques contemporaines.

A Two Dogs Compagny et Kris Verdonck, ISOS, 2016, exposé à 100% Expo en 2016 à La villette. Image: Delphine Lopez

A Two Dogs Compagny et Kris Verdonck, ISOS, 2016- projection d’images 3D dans neuf boîtes blanches, image: Delphine Lopez

Le corps du spectateur au coeur des ondes poétiques

Le parcours de 100% Expo se déploie dans le parc de la Villette, depuis le WIP au nord côté de Porte de la Villette jusqu’à la Grande Halle au sud côté porte de Pantin, en passant par la Folie L5 au bord du Canal. La déambulation à travers le parc est agréable et éveille le corps aux expériences qui l’attendent. Car les œuvres sélectionnées par Charles Carcopino pour l’exposition entraîneront le spectateur dans une exploration alternative et parfois déroutante d’un monde contemporain où des forces invisibles à fort potentiel poétique jouent au quotidien une multitude de rôles. Ondes, méta-données, réalité augmentée, vibrations sonores ; les œuvres présentées semblent dialoguer avec l’espace de la Cité des Sciences, terrain de jeu et d’expérimentation privilégié de nos chères têtes blondes.

Déployés sur le terrain de l’art cette fois, les artistes font appel à nos sens et à notre imagination. Dans la grande Halle, les cubes blancs de Kris Verdonck et A Two Dogs Compagny sont le théâtre d’une intrigue domestique vue d’en haut et dont le visiteur est le seul narrateur. Quant à l’univers fantasmagorico-technologique de Geoffrey Lillemon, il ne se déploie que lorsque le spectateur installe les Occulus Rift sur son nez et se lance à la conquête d’un espace 3D hallucinatoire.

Et c’est bien là que se trouve le sel de l’exposition. Au-delà d’une médiation qui met l’accent sur la technicité des réalisations et qui peut en perdre quelques-uns, les œuvres sont à la fois parfaitement autonomes et toujours dépendantes de l’action du spectateur pour être finalisées. Ainsi, le ballon gonflé de Karina Smigla-Bobinski, Ada n’atteint sa portée finale qu’avec l’intervention du spectateur/performeur/artiste qui joue avec lui et réalise une partie d’une fresque qui évoluera constamment pendant les trois semaines de l’exposition.

 

Karina Smigla-Bobinski, Ada, 2016- ballon PVC, fusain, hélium, 100% Expo, Parc de la Villette 2016. image: Delphine Lopez

Karina Smigla-Bobinski, Ada, 2016- ballon PVC, fusain, hélium, image: Delphine Lopez

La part belle accordée à la jeune création internationale

Si quelques noms sont connus des habitués des galeries (Neil Beloufa, Kris Verdonck ou encore Xavier Veilhan), l’exposition est surtout l’occasion de faire la connaissance d’une jeune garde internationale d’artistes sélectionnés au sein des hauts lieux de formation artistique tels que le Fresnoy en France ou la Rijksakademie à Amsterdam.
Nés à l’époque où notre monde contemporain fonctionne à vitesse accélérée et dont le déploiement technologique réduit considérablement les possibilités d’expériences déconnectées, ils développent des univers spéculatifs à la plasticité efficace.

Ainsi, loin de proposer une lecture univoque et définitive, 100% Expo laisse libre cours à l’expérimentation et à l’interprétation du spectateur et propose un parcours dynamique et ludique qui vaut la ballade.

Le bon plan de The Wo/andering Mind

L’espace du WIP accueille l’œuvre-expérience de Project Eva, Nous sommes les fils et les filles de l’électricité, une installation déconcertante où le spectateur, plongé dans l’obscurité, devient à la fois l’acteur et le sujet de l’œuvre à travers des projections lumineuses sur son corps émanant d’un casque porté sur la tête. Pour en profiter au mieux, The Wo/andering Mind vous conseille de vous rendre au WIP le soir où l’expérience est personnalisée selon les spécificités de chacun.

Entrée gratuite pour l’espace WIP et la Folie L5. Plus d’informations sur le site de 100% Expo, jusqu’au 10 avril 2016.

Xavier Veilhan, Light Machine (Music), 2015- composants électroniques, leds, métal, matière plastique, 100% Expo au Parc de la Villette 2016. image: Delphine Lopez

Xavier Veilhan, Light Machine (Music), 2015- composants électroniques, leds, métal, matière plastique, image: Delphine Lopez

Partager
Facebooktwitter

Suivez-nous
Facebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Further Projects