En 3 minutes: Janvier à l’oeil

2017!

Sans vouloir céder aux sirènes du pessimisme, on préfère être honnête avec vous, on n’aborde pas vraiment 2017 avec la plus grande sérénité d’esprit. En l’espace de quelques mois, on a vu propulsés sur le devant de la scène des personnages aux idées fumeuses, on a vu anéantir en toute impunité un pays entier, l’emprisonnement arbitraire d’intellectuels, le renvoi cruel de gens dans des endroits où ils ne veulent, ne peuvent pas être. Mais, ce soir encore, le dossier du 20 h sera « comment lutter contre les arnaques des serruriers ». Pendant presque 5 minutes. Rien de mal à défendre son verrou n’est-ce-pas, mais le sujet est grossièrement révélateur d’une pensée qui ne regarde qu’elle même.
Et l’art dans tout ça, nous direz-vous? Oh, vous connaissez la rengaine : l’art est politique, oui, et tout est lié. Mais méfions-nous de la rengaine qui, peu à peu, elle aussi, ne regarde qu’elle-même. Alors, voilà notre vœu pour 2017, celui de rester critique mais ouvert, exigeant mais généreux. Défendons encore  le rôle de l’art dans la fabrique sociale, ses propositions d’être au monde, ses modalités engageantes du sensible. Commençons dès maintenant, en 3 minutes avec le mois de janvier et le meilleur du début d’une année incertaine.

Nan Goldin, photographie tirée de The Ballad of Sexual Dependency, 1979-2008 (Cookie at Tin Pan Alley, New York City), 1983. Courtesy: Whitney Museum of American Art, New York. Programme culturel de janvier 2017

Nan Goldin, photographie tirée de The Ballad of Sexual Dependency, 1979-2008 (Cookie at Tin Pan Alley, New York City), 1983. Courtesy: Whitney Museum of American Art, New York

Nan Goldin et The Tiger Lillies

The Ballad of Sexual Dependency est une des premières et probablement la plus connues des séries photographiques que Nan Goldin a réalisée entre 1979 et 1986. L’artiste y dresse un portrait intimiste et saisissant d’existences en quête de sens, la sienne mais aussi celles de ses proches dans le New York underground du début des années 1980. Le projet à la Philharmonie de Paris s’inscrit dans la continuité de la présentation originale de l’œuvre accompagnée par une bande son originale écrite et interprétée par le groupe Tiger Lillies. Le trio londonien s’est formé à la fin des années 1980. Leur esthétique expressionniste et décadente porte une musique à la croisée du cabaret punk et des sonorités gitanes qui se mêlent parfaitement avec les photos de l’artiste. Une expérience à vivre qu’on vous recommande chaudement.

Nan Goldin & The Tiger Lillies, The Ballad of Sexual Dependency, Philharmonie de Paris les 5, 6 et 7 janvier 2017, 221 Avenue Jean Jaurès, 75019, Paris. Tarifs : de 10 à 30€

Le Louvre organise son Festival du Film sur l’Art

Programmation dense pour la 10ème édition du Festival du Film sur l’Art accueilli cette année encore par le Louvre. L’occasion d’appréhender un peu mieux le regard singulier que porte le 7ème art sur les processus créatifs et le rôle de l’art dans nos sociétés. 3 temps forts au programme : une carte blanche à Agnès Varda qui présentera une sélection de ses documentaires et courts-métrages ; une série de focus divers autour de la danse, du tableau Guernica (1937) de Pablo Picasso mais aussi une rencontre avec le documentariste Jean-Michel Meurice ; et enfin, les JIFA, une sélection des meilleurs films sur l’art des deux dernières années. Dense donc.

La 10ème édition du Festival du Film sur l’Art, du 13 au 22 janvier 2017, auditorium du Louvre, (certaines projections nécessitent une réservation)

L’EnsAD fête ses 250 ans dans le métro

L’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD pour les intimes) fête cette année ses 250 ans autour d’une programmation dynamique et surprenante. Tout commence avec les résultats de « L’Atelier 250 » au cours duquel les étudiants ont été invités à créer leur affiche destinée à être accrochée dans le métro parisien. Ensuite, l’école vous donne rendez-vous au Palais de Tokyo pour Appareiller, exposition qui rassemblera 23 artistes diplômés entre 2012 et 2015. Enfin, les portes ouvertes le temps du weekend permettront aux curieux comme aux futurs étudiants de découvrir le fonctionnement de l’institution.

Appareiller, exposition des œuvres de 23 diplômés de l’EnsAD, du 11 au 15 janvier, Palais de Tokyo, Avenue du Président Wilson
250 affiches exposées dans le métro parisien du 3 au 17 janvier 2017
Portes ouvertes de l’EnsAD les 13 et 14 janvier 2017

Festival Circulation(s), la jeune photographie européenne

Cette année encore le festival Circulation(s) dédié à la jeune photographie européenne revient au Centquatre à Paris. Le festival propose un regard croisé sur l’Europe contemporaine à travers la pratique photographique de 51 jeunes artistes sélectionnés par un jury présidé par Agnès b., créatrice de mode et fondatrice de la Galerie du Jour. De nombreuses animations parallèles sont au programme, notamment le studio photo qui, tous les weekends, vous propose de vous faire photographier par un artiste.

Circulation(s), Festival de la Jeune Photographie Européenne, du 22 janvier au 5 mars 2017, Centquatre, 5 rue Curial, 75019 Paris. Tarifs : de 3 à 5€

La salle Labrouste après sa rénovation, site Richelieu. © Jean-Christophe Ballot/BnF/Oppic/Inha/Enc. Programme culturel janvier 2017

La salle Labrouste après sa rénovation, site Richelieu. © Jean-Christophe Ballot/BnF/Oppic/Inha/Enc

La salle Labrouste, une bibliothèque pour l’Histoire de l’Art

Pendant longtemps, la salle Labrouste fut la salle de lecture principale de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) au site Richelieu. Fermée en 2009 pour rénovation, elle ouvre à nouveau ses portes au public, accueillant désormais l’immense collection de l’Institut National de l’Histoire de l’Art (INHA) composée de près de 17 millions de documents. Nouveauté, une partie de la collection (150 000 ouvrages) sera désormais directement accessible aux lecteurs. Pour accompagner la réouverture, l’exposition Une Bibliothèque pour L’histoire de l’Art présentera une sélection d’œuvres et de documents d’archives illustrant la richesse des collections de l’INHA.

Portes ouvertes de la Salle Labrouste, site Richelieu, les 13, 14 et 15 janvier 2017, 58 rue de Richelieu, 75002 Paris
Une bibliothèque pour l’Histoire de l’Art, exposition du 13 janvier au 1er avril 2017

Partager

Facebooktwitter

Suivez-nous
Facebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Further Projects