En 3 minutes: le mois de décembre à l’œil

Dernier mois de l’année, oui déjà ; vous non plus vous n’en revenez pas ? Alors avant de tomber dans le coma de la bûche de Noël et autres excès gastronomiques typiques de la période, je vous donne rendez-vous avec le dernier agenda de l’année. En 3 minutes, le mois de décembre 2017 à l’œil – Par Delphine Lopez

La faune frémissante des Amandiers

Gisèle Vienne, Crowd, 2017, Théâtre Nanterre- Amandiers. Crédit photo: Estelle Hanania. Agenda culturel décembre 2017. The Wo/andering Mind. Delphine Lopez

Gisèle Vienne, Crowd, 2017, Théâtre Nanterre- Amandiers. Crédit photo: Estelle Hanania

Teuf dark et à la dérive sur fond de techno fauve. Les corps se débattent, planent et retombent, se percutent et s’enlacent. À travers Crowd, Gisèle Vienne explore les rapports conflictuels qui nous lient à nos fantasmes. L’espace scénique devient un terrain initiatique sans paroles audibles où l’on s’explore soi-même et les uns les autres, en quête d’un exutoire aux formes multiples et à la violence indépassable. Ce mois-ci encore la programmation audacieuse de Nanterre-Amandiers mérite sa place dans nos agendas.

Crowd de Gisèle Vienne, du 9 au 16 décembre 2017, Théâtre Nanterre-Amandiers, Centre National Dramatique, de 10 à 30 €

La figure du collectionneur

Le salon Galeristes organise sa seconde édition au Carreau du Temple ce week-end. Fondé par le commissaire d’exposition et critique d’art à la plume bien sentie Stéphane Corréard, Galeristes fédère autour de lui une communauté de professionnels du monde de l’art contemporain engagée à remettre la relation galeriste/collectionneur au cœur de l’achat d’art. Pariant sur un rapport de proximité, Galeristes présentera 28 galeries majoritairement parisiennes auxquelles carte blanche a été laissée quant au choix des artistes présentés. L’occasion de découvrir des galeries à taille humaine et à l’identité forte dans une scénographie qui entend rompre avec les standards du genre.

Galeristes, du 9 au 10 décembre 2017, Au Carreau du Temple, ouvert au public samedi et dimanche après-midi de 14h à 19h. De 5 à 10€

Temps vs Espace : William Forsythe et Ryoji Ikeda

Dans la grande halle de la Villette, deux univers cohabitent et dialoguent en négatif. Ce sont ceux du chorégraphe William Forsythe et du compositeur de musique électronique et plasticien Ryoji Ikeda. Tous deux ont en commun de vouloir nous faire danser, contraints et chorégraphiés à participer aux installations immersives avec lesquelles ils nous fascinent, nous attirent et nous bousculent. Ballotés par une forêt de pendules ou plongés dans un flux de données devenues sensibles, Nowhere and Everywhere at the same N°2 n’en finit pas d’écrire un rapport sensoriel au monde.

William Forsythe et Ryoji Ikeda, Nowhere and Everywhere at the same N°2, du 1er au 31 décembre 2017, Grande Halle de la Villette. De 3 à 8 euros

William Forsythe et Ryoji Ikeda, Nowhere and Everywhere at the same N°2, Grande Halle de la Villette. Agenda culturel, décembre 2017. THe Wo/andering Mind. Delphine Lopez

William Forsythe et Ryoji Ikeda, Nowhere and Everywhere at the same N°2, Grande Halle de la Villette

 Musiques à l’image

Audit Talent, l’organe de mécénat du groupe Audit s’associe à la Philharmonie de Paris pour présenter Musiques à l’image, une programmation éclectique où musiques et images cohabitent, dialoguent, s’opposent parfois pour proposer aux spectateurs une expérience totale. À noter, deux concerts en images du London Symphony Orchestra autour notamment des films de Steven Spilberg mais aussi Infinite, a space odyssey, de Romain Benitez et Stéphane Mondoloni, plongée totale dans un monde aux confins des genres.   

Musiques à l’image, les 9 et 10 décembre 2017, Philharmonie de Paris. Tarifs variables selon les événements

Amstramgram : la Biennale Némo débarque au Centquatre

L’exposition Les Faits du Hasard s’installe au Centquatre à Paris dans le cadre de Némo, la biennale des arts numériques. Contrairement à ce que pourrait laisser croire son titre, les œuvres de l’exposition ne doivent rien au hasard ou plutôt doivent leur existence au hasard savamment orchestré par leurs créateurs, artistes à la double casquette de techniciens hors pair et d’inventeurs fantasques. Résultat : 25 installations numériques de grande envergure pour petits et grands

Les Faits du hasard, du 9 décembre 2017 à mars 2018, Centquatre. Tarifs variables selon les événements

Guillaume Marmin, Licht mehr Licht - installation lumineuse, 2017. Agenda culturel décembre 2017. The Wo/andering Mind. Delphine Lopez

Guillaume Marmin, Licht mehr Licht – installation lumineuse, 2017

 

Partager
Facebooktwitter

Suivez-nous
Facebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Further Projects